Conakry
Conakry
Abidjan
Accra
224 622 815 383 Lun - Ven 08:00 - 17:00 Centre émetteur Kipé - Conakry – Guinée
+225 00 00 00 00 Lun - Ven 08:00 - 17:00 Abidjan, Cocody, Riv3
+223 00 00 00 00 Lun - Ven 08:00 - 17:00 1st Street Subway

Foires aux Questions

Le « Très Haut Débit » n’a pas réellement de définition technique, la notion de « très haut» étant non chiffrée. Il s’agit avant tout d’une appellation commerciale. Comme la technologie ADSL est communément nommée le « haut débit », il est désormais courant de nommer « Très Haut Débit » les technologies permettant des débits supérieurs à ceux de l’ADSL. En général, il s’agit de connexions câble ou fibre optique donnant accès à des débits allant de 20 à 100 méga bits.

L’intérêt majeur de la fibre optique est de permettre aux internautes de bénéficier de nouveaux services, qui nécessitent des débits élevés que l’ADSL ne peut pas fournir aujourd’hui. Voici quelques exemples d’usages favorisés par la fibre optique :
• Télécharger des vidéos à la demande et des morceaux de musique en un instant
• Profiter d’un temps de réponse quasi instantané pour les jeux en ligne
• Travailler depuis le domicile et envoyer des pièces jointes et des fichiers volumineux en quelques secondes
• Sauvegarder et envoyer des fichiers volumineux vers le cloud en quelques minutes
• Exploiter pleinement le potentiel de la Haute Définition, et de l’Ultra HD ‘4K) avec une fluidité totale des images (sans compression ni pixellisation) et un son 5.1 Dolby Ditgital (HD+)
• profiter simultanément de tous les usages multimédia, sans altérer la réception de l’image (multi-room et multi-tv).

Avec la fibre optique, il n’y a pas d’atténuation du signal sur la distance, autrement dit pas de perte de débit suivant le lieu d’habitation de l’abonné, un débit identique pour tous !
La fibre permet des débits beaucoup plus élevés et une meilleure latence : les téléchargements et les envois de données sont bien plus rapides qu’avec l’ADSL.
La fibre a contribué au développement de nouveaux services tels le télétravail, la télémédecine, la formation à distance

La fibre optique est un fil de verre ou de plastique permettant le transport de données à la vitesse de la lumière. Cette technologie, déjà utilisée depuis longtemps pour le transport de données sur de longues distances (par exemple pour le câble sous-marin ACE qui part de la France à l’Afrique de sud), permet de communiquer à des débits très élevés.

Les câbles peuvent être brisés par les chalutiers de pêche, des ancres, des tremblements de terre et même des morsures de requins.

Depuis toujours, la durée de vie technique des systèmes sous-marins – il s’agissait d’abord de câbles coaxiaux – a été de 25 ans. La durée de vie des satellites est, quant à elle, passée de sept à douze ans. A ce jour, aucun câble à fibre optique n’a atteint l’âge de 25 ans. Il faudra attendre les années 2020 pour voir si leur durée de vie sera prolongée ou si, au contraire, des renouvellements devront être réalisés.

La manière dont la capacité est distribuée dépend de la situation locale de chaque pays et des opérateurs qui ont investi dans le câble. Dans un consortium, des règles sont déterminées – souvent dès l’origine – pour savoir qui pourra vendre de la capacité terminale dans le territoire en question. Le maillon, qui peut être régulé localement, est la revente de capacités aux opérateurs locaux par l’opérateur qui a investi dans le câble sous-marin, de façon à ne pas créer de monopole de facto.

Les partenaires portant un projet commun constituent un consortium, c’est-à-dire un groupement d’entités juridiques distinctes, dépourvu de personnalité morale, fondé sur une coopération exclusivement contractuelle. Par un contrat dit de consortium, de collaboration ou de partenariat, les parties décident de mettre en commun des moyens en vue de la réalisation d’un projet, et s’engagent à exécuter des prestations, et à partager les risques et les résultats dudit projet.
Il est donc essentiel pour les partenaires de fixer, dès le départ, les règles de constitution et de fonctionnement du groupement au moyen d’un contrat.

Exemple : le consortium ACE

Généralement, ces systèmes de câbles sous-marins sont construits par des consortiums ou groupes de sociétés du secteur des télécommunications.
Entre 1999 et 2001, l’investissement pour la construction des réseaux de câbles s’est élevé à plus de 22 milliards de $ US. Le câble ACE, lui, a été lancé par Orange et est géré par un consortium de 20 membres. Il relie l’Europe à 22 pays de l’Afrique grâce à une connectivité encore jamais égalée. Il est estimé à 700 millions de dollars.

En règle générale, les réseaux de câbles sous-marins sont considérés comme plus fiables car il y a plusieurs de ces réseaux qui acheminent le trafic de voix et de données. De nos jours, 99% des communications d’internet et du téléphone passent par les câbles sous-marins.
La capacité totale de transport des câbles sous-marins est de l’ordre de plusieurs térabits par seconde (1 térabit = 1000 giga bits = 1 000 000 méga bits), tandis que les satellites offrent généralement seulement 1 000 mégabits par seconde et affichent une latence plus élevée. Cependant, la construction d’un système de câble sous-marin multi- térabit typique, transocéanique coûte plusieurs centaines de millions de dollars.

Un réseau de communications sous-marines sont des câbles posés sur le fond de la mer pour le transport des signaux de télécommunication. Il aide au transfert des données à travers les océans reliant les différents continents. Les premiers câbles sous-marins de communication, mis en service dans les années 1850, effectuaient le trafic télégraphique.
Les générations suivantes de câbles ont effectué le trafic téléphonique et maintenant ces câbles transportent des données. Les câbles modernes utilisent la technologie de fibre optique pour transporter des données numériques qui comprennent le téléphone, l’Internet et les données privées.
Retrouvez sur www.submarinecablemap.com, une carte des câbles sous-marins qui forment le réseau mondial.

C’est un câble posé sur les fonds marins, destiné à acheminer des télécommunications ou à transporter de l’énergie électrique. La plupart des télécommunications mondiales transitent par des câbles sous-marins. Les câbles ont en général un diamètre de 69 mm et pèsent environ 10 kg/m.
Le câble ACE est constitué de plusieurs fibres optiques assemblées capables de transporter un débit total de 40 giga bits / seconde.

Load More